COMMUNIQUE DE PRESSE

La nouvelle diffusée le 22 mars 2015 sous le titre « Fatwa controversée des Affaires religieuses » par certains sites d’information, renferme des connaissances qui trompent et désorientent le public.
 
La décision du Haut conseil des Affaires religieuses qui sert de fondement aux dites informations, n’est pas prise le 5 janvier 2012 comme l’indique l’information, mais le 5 janvier 2002. Bien que la date de la fatwa soit indiquée dans le site web du Conseil des Affaires religieuses, l’information présente la décision d’il y a 13 ans comme une nouvelle décision et montre ouvertement l’intention d’entrainer une mauvaise perception chez le lecteur.
 
Dans une décision datant du 05.01.2002, le Haut conseil des Affaires religieuses indique que la fécondation in vitro n’a rien de mal en principe et présente les conditions dans lesquelles elle peut s’effectuer. Avoir un enfant par la fécondation in vitro pour les couples qui n’ont pas d’enfant par les moyens naturels, est un besoin humanitaire et un moyen médical.  A condition de remplir les conditions religieuses, juridiques, médicales et éthiques, il n’y a aucun mal selon la religion de profiter de ce moyen. La condition essentielle selon la religion est que le couple soit marié. Donc si le couple n’est pas marié, il est évident que cette fécondation est religieusement inappropriée.
 
Ce que le Haut conseil des Affaires religieuses entend par adultère dans la décision datant du 05.01.2002, est justement le fait que les couples en question doivent être mariés. Chercher un autre sens ou tirer d’autres conclusions seraient de faire dévier totalement la question.
 
Respectueusement.