Début de l’effervescence de la Naissance Sainte

Un programme spécial commença pour célébrer « La Semaine de la Sainte Naissance » organisé par la Présidence des Affaires Religieuses sur le territoire national et à l’étranger par le biais de différentes activités.
Des lectures coraniques et des Salawat-i sharif furent récités pour marquer l’inauguration officielle de la Semaine de la Sainte Naissance à laquelle le Président de la Grande Assemblée Nationale de Turquie, Ismail Kahraman, le Premier Ministre, Binali Yildirim, le Vice-Premier Ministre, le Prof. Dr. Numan Kurtulmus et le Président des Affaires Religieuses, le Prof. Dr. Mehmet Görmez prirent part à la cérémonie réalisée au Congresium Ankara.
Le Président des Affaires Religieuses, Görmez prononça le discours d’ouverture de la Semaine de la Sainte Naissance sous le thème de « Hazrat Prophète et la Société de Confiance », et rappela ce que Hazrat Muhammad confia au monde qui perdit sa confiance, sa sécurité, « Les sociétés perdent leur confiance en les communautés, en les sociétés dans le monde dans lequel nous vivons. Les êtres humains commencèrent à perdre leur confiance en l’homme, nous perdons notre confiance en notre voisin, en nos amis. Les pays et le monde entier continuent à produire des armes au nom de la sécurité ».
Le Président Görmez indiqua que l’humanité aujourd’hui vivait une crise de confiance et mit l’accent sur l’objectif de reconstruire l’homme qui fait confiance et en qui nous pouvons avoir confiance, comme suit ses propos ;
 
« Aujourd’hui l’humanité vit une crise de confiance… »
Nous choisîmes le sujet de Hazrat Prophète et la Société de Confiance, la première raison de ce choix est à l’origine de la perte de confiance sur le plan mondial. En tant que famille de l’humanité nous vivons une crise de confiance. L’homme commença à ne plus faire confiance à l’homme. Les amis perdirent leur confiance les uns envers les autres, le voisin perdit sa confiance envers son voisin, l’employé perdit sa confiance envers son employeur, les employés perdirent leur confiance les uns envers les autres. Les hommes eurent recours à des voies extraordinaires pour remédier au besoin de confiance et de sécurité. Tous les moyens technologiques furent mobilisés pour résoudre le problème de sécurité. D’effrayantes armes sont fabriquées au nom de la sécurité. Des systèmes pouvant lire la rétine de l’œil sont développés mais malgré cela les hommes ne peuvent assurer la sécurité dans le monde. Malgré cela les hommes ne peuvent trouver la sécurité, la confiance. Car tant que la forteresse du cœur n’est point à l’abri les pays ne pourront trouver la sécurité. Car tant que l’homme n’aura pas mis en sûreté son cœur, la sécurité des villes, des pays et du monde ne pourra être assurée. Car tant que l’homme négligera les caméras divines placées à sa droite et à sa gauche, la sécurité des hommes ne pourra être assurée par des caméras.
 
« Notre foyer commun et notre patrie commune étant la sécurité de la nature également est en danger et pas uniquement la famille de l’humanité… »
Le foyer commun, la patrie commune de l’humanité entière est sous danger. L’essence même de la nature est détériorée, l’univers est devenu un endroit invivable à cause des ambitions, de l’avidité, des passions, de la soif de pouvoir, de la soif de fortune, de la luxure des hommes. Les plantes, le monde des créatures vivantes furent les victimes de l’insécurité des hommes. Les mers, les océans, les torrents, les terres, en somme la nourriture que nous consommons, l’eau que nous buvons l’air que nous respirons est polluée, la sécurité de l’environnement et de la nature commença à disparaître.
 
« Les guerres ne connaissant ni morale ni droit dans le monde musulman continuent à verser le sang et les larmes… »
Aujourd’hui le monde musulman est en cours de destruction à cause des guerres sombres et sans lois ne connaissant ni morale et ni droit. La violence et la terreur, les attaques et les conflits baignèrent les régions musulmanes dans le sang et les larmes. Toutes les richesses de notre culture et de notre civilisation sont spoliées, nos villes furent transformées en ruines. Les villes musulmanes perdirent la paix. Les guerres ne connaissant ni morale ni droit dans le monde musulman continuent à verser le sang et les larmes. La terreur et la violence anéantirent les foyers de la foi, les foyers de la paix.
 
« La tentative de coup d’état, d’invasion et d’infamie du 15 juillet abîma notre sécurité sociétale et détruisit notre confiance religieuse… »
La tentative de coup d’état, d’invasion et d’infamie du 15 juillet vécue tous ensemble perturba notre sécurité sociétale. La confiance religieuse fut ébranlée, ce qui est la chose la plus dangereuse, la plus importante. La confiance en la religion, en la foi de nos jeunes générations fut bouleversée. Nous sommes forcés de rappeler la confiance, la sécurité apportée et instaurée par Muhammad Mustafa sur terre. Le seul chemin permettant d’établir la confiance, la sécurité sur terre passe par la foi et la justice, déclare-t-il. Il ne peut y avoir de foi sans confiance, sans sécurité, sans protection.
 
« L’humanité entière est consciente du tourbillon d’insécurité dans lequel elle se trouve… » 
L’humanité entière est consciente du tourbillon d’insécurité dans lequel elle se trouve. Cependant, il est question des hésitations au sujet de la reconstruction de la sécurité. Car la sécurité, la confiance commence à l’intérieur de l’être humain, lorsque la confiance ne peut être installée dans le cœur, dans l’ego (nafs) de l’homme, lorsque la confiance ne peut établir de relation avec la foi, il ne sera point possible de créer la confiance. Les craintes et les angoisses rongeant l’homme, les inquiétudes, l’incertitude de l’avenir, la peur de la pauvreté, la peur de la mort, la crainte de perdre son titre, son poste, sa fonction, toutes ces peurs entrainent l’homme vers le tourbillon de l’insécurité. Le chemin enlevant toutes ces angoisses est le chemin installant une véritable confiance dans le cœur passant par une véritable foi.
« L’aspiration de Hazrat Prophète n’est point une ville surveillée par les caméras, mais une ville dont la sécurité est assurée avec la conscience (wijdan)… »
L’aspiration de Hazrat Prophète n’est point une ville surveillée par les caméras, mais une ville dont la sécurité est assurée avec la conscience (wijdan). Il espéra une telle société de confiance, nous pouvons le comprendre de la meilleure des façons grâce à l’un de ses hadiths. Notre Prophète Bien-Aimé rêva comme suit de la communauté de confiance, de la fiabilité de la oumma musulmane. Le Messager d’Allah dit « Un jour, une femme seule ira de Hira à Hadramaout, elle montera seule sur son chameau, elle parcourra les déserts et arrivera à Kabatullah, elle réalisera le tawaf (circumambulation) autour de la Kaaba, elle accomplira le culte du hajj et encore seule une nouvelle fois, elle remontera sur son chameau sans rencontrer un problème de sécurité et traversera les déserts, surmontera les montagnes et arrivera dans sa propre ville et rentrera chez elle en toute sécurité, c’est ce jour dont je m’impatiente de voir ». Donc notre Prophète Bien-Aimé exprima ainsi comment la oumma musulmane devait construire un monde de confiance, un monde sécurisé.
 
« L’impiété et l’injustice sont les deux raisons à l’origine de la perte de la sécurité… »
Notre Seigneur Tout-Puissant nous explique clairement les deux raisons pour lesquelles une société de confiance et de sécurité ne peut être construite sur terre. ‘Ceux qui ont cru et n’ont point troublé la pureté de leur foi par quelqu’inéquité (association), ceux-là ont la sécurité; et ce sont eux les bien-guidés’ (Al-An-Am, 6/82).  Puisque cela est ainsi, deux raisons sont à l’origine de la perte de la sécurité, de la confiance. L’impiété et l’injustice. Mêler la tyrannie à la foi supprime donc la confiance, la sécurité. C’est la raison pour laquelle celui qui ne respecte pas la chose qui lui est confiée, ne peut avoir une foi mature et intégrale (kamil). Celui qui ne respecte pas sa parole, ses engagements, ne peut être religieux dans le sens mature, complet (kamil) ordonna le Messager d’Allah.
 
« Nous ne pouvons assurer la sécurité ni des villes ni des pays sans avoir assuré la sécurité de notre cœur… »
Nous ne pouvons assurer la sécurité ni des villes ni des pays sans avoir mis notre cœur à l’abri en sécurité. Nous ne pouvons instaurer la sécurité de ni de nos foyers, ni de nos familles, ni de notre monde si nous n’avons point établi la sécurité, la quiétude, la confiance de la forteresse de notre cœur. Comment est-ce que les caméras peuvent assurer la sécurité, la tranquillité de celui qui ne voit point les caméras placées sur nos deux épaules, celui qui ignore les enregistrements de Kiraman Katibin ? Le chemin de la confiance, de la sécurité, la condition pour être fiable passe par la protection de tout ce qui nous est confié, le dépôt (amâna) par notre Seigneur. Tant que l’homme protégera les grandes choses qui lui sont confiées (amâna), il deviendra un homme fiable et de confiance. Si l’homme est déloyal à l’égard de ce qui lui est confié (amâna), alors la confiance ne sera plus, la sécurité ne sera plus.
Le Président Görmez mit fin à ses propos avec une prière, il souhaita que la sécurité soit assurée dans le monde entier, que le drapeau au croissant de lune et étoile continue à flotter constamment dans la foi et la sécurité.
Le programme auquel de nombreuses personnes participèrent prit fin avec la distribution de roses.