Houtba du Vendredi : Le 15 juillet : La résistance dont les salâs (appels au rassemblement) furent témoins

 

ِسْمِ اللّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ

يَٓا اَيُّهَا الَّذ۪ينَ اٰمَنُوا اذْكُرُوا نِعْمَتَ اللّٰهِ عَلَيْكُمْ اِذْ هَمَّ قَوْمٌ اَنْ يَبْسُطُٓوا اِلَيْكُمْ اَيْدِيَهُمْ فَكَفَّ اَيْدِيَهُمْ عَنْكُمْۚ وَاتَّقُوا اللّٰهَۜ وَعَلَى اللّٰهِ فَلْيَتَوَكَّلِ الْمُؤْمِنُونَ۟

قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صَلَّي اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ

إِنَّ الْمُؤْمِنَ لِلْمُؤْمِنِ كَالْبُنْيَانِ ، يَشُدُّ بَعْضُهُ بَعْضًا

Chers Croyants!

Notre Seigneur Tout-Puissant ordonne comme suit dans le saint verset : « Ô les croyants! Rappelez-vous le bienfait d’Allah à votre égard, le jour où un groupe d’ennemis s’apprêtait à porter la main sur vous (en vue de vous attaquer) et qu’Il repoussa leur tentative. Et craignez Allah. C’est en Allah que les croyants doivent mettre leur confiance. » (1)

Mes Frères !

En réalité ce verset descendit pour annoncer comment les anges d’Allah Tout-Puissant soutinrent l’armée de l’Islam lors de la Bataille de la Tranchée (Bataille de Handek). Cependant cette promesse d’Allah continua à se réaliser au cours de nombreux points tournants de l’histoire. Cette parole d’Allah se réalisa lors de Manzikert (Malazgirt), des Dardanelles (Canakkale). Elle se réalisa à Sakarya, à Dumlupinar. Nous fûmes témoins une nouvelle fois en tant que peuple de la réalisation de la promesse d’Allah il y a un an le 15 juillet. Notre patrie fut victime d’une tentative d’une grande infamie et d’invasion cette nuit. Nous fûmes une nouvelle fois les témoins de la bénédiction et de la miséricorde, de l’assistance et de la bienveillance d’Allah en cette sombre nuit. En cet anniversaire du 15 juillet, il nous revient en tant que peuple de ne point oublier la bénédiction et la miséricorde, l’aide et la bienveillance d’Allah, cela étant notre plus grand devoir. En tant que croyants ayant surmonté cette grande catastrophe main dans la main, notre devoir est de ne jamais manquer de remercier, d’être reconnaissant et de nous prosterner pour notre Seigneur.

Mes Chers Frères !

Il ne faut également jamais oublier une vérité cette nuit, soit les prières et implorations en larmes de nos frères oppressés et opprimés de la terre ayant voué leur espoir en nous. Nous fûmes tous témoins cette nuit que tous les oppressés, les opprimés, que toutes les victimes, les émigrés, les réfugiés de Gaza à Sarajevo, de Kirkouk en Somalie, du Soudan au Pakistan, des steppes de l’Asie aux fins fonds de l’Afrique prièrent pour notre patrie, ils se prosternèrent versant des larmes et priant « Que la dernière forteresse de la oumma musulmane ne tombe pas ». Cette nuit nous comprîmes tous, tous ensemble la signification du hadith de notre Prophète Bien-Aimé, « Les croyants sont pour les uns et les autres tels les briques d’un édifice qui se supportent » (2)

Mes Chers Musulmans !

L’esprit de d’unité, de solidarité, de résistance, manifesté par les jeunes, les vieux, les femmes, les hommes, notre peuple était main dans la main avec notre état cette nuit, cela est une autre réalité qui doit être vivante constamment dans nos esprits. Nous fûmes tous témoins le 15 juillet que notre grand peuple afflua dans les rues pour défendre sa propre patrie, son droit, son indépendance, sa liberté avec la langue récitant les takbirs (Allah u Akbar), les salâs à l’oreille et le souhait de devenir martyr dans le cœur à la suite de l’appel de nos ainés, de nos autorités gouvernementales. Cette nuit, notre grand peuple montra une fois de plus au monde entier son esprit splendide décrit dans les vers de notre Marche de l’Indépendance (Istiklal Marsi, hymne national turc), « Quel est cet aliéné qui voudrait m’enchaîner, j’en serais surpris / Je suis tel un torrent fougueux qui franchit les obstacles et les anéantissant ». Nos jeunes en particulier sortant de chez eux en disant « bismillah » après avoir pris leurs ablutions, en s’exclamant « Allahu Akbar » sur les routes représentent le plus grand espoir concernant l’avenir de notre nation.

 

Mes Frères !

Il y a un autre point devant être constamment rappelé au sujet de cette nuit, ce sont les échos des salâs (appels au rassemblement) dans la nuit, prononcés des minarets qui permirent de nous insurger, de raviver nos sentiments spirituels, de donner la voix à notre volonté et à notre conscience commune en agissant, cela est une autre vérité. Les salâs furent les témoins de la ferme intention de se souder, de se réunir en liesse d’un peuple autour de ses valeurs. Parce que notre plus grande force faisant de nous une nation et nous délivrant de l’obscurité de cette nuit est notre foi inébranlable en Allah. Notre volonté de ne se soumettre en aucune autre puissance que Lui.

 

Chers Croyants !

 

La tentative d’infamie et d’invasion perpétrée sous l’habit religieux dont nous fûmes victimes cette nuit-là, est un autre point devant être gravé dans nos esprits. Nous fûmes tous témoins la nuit du 15 juillet qu’un réseau infâme visa à détruire notre patrie en exploitant la religion, la foi, les valeurs, les sentiments, la zakat et les dons de notre peuple pendant 40 ans en paraissant être sur le droit chemin. Un mouvement de dissension qui visa la pérennité de notre pays au moyen de ses vils desseins et en sacrifiant quelques générations en volant les enfants de cette nation. Cette infâme tentative nous montra une nouvelle fois que notre devoir est de connaître et d’apprendre notre noble religion par le biais des véritables sources. Le Coran et la sounnah sont des guides faisant vivre de la plus des façons l’Islam. Il ne faut point dévier du chemin principal de l’Islam ayant fondé des civilisations au cours de l’histoire. Il ne faut construire une réalité aussi noble que la religion sur des personnalités éphémères. Il ne faut jamais se séparer du chemin du savoir et de la sagesse pour ne plus jamais être victime de ce genre de malveillance et d’infamie, jamais s’éloigner du chemin de la connaissance et de la sagesse pour ne point se soumettre aux mouvements dissidents semant la zizanie sous couvert d’actions importantes.   

 

Mes Frères !

 

Pour terminer, une autre réalité que nous ne devons jamais oublier est celle de se souvenir avec gratitude et remerciements éternellement de nos nobles martyrs ayant sacrifié la vie pour nos valeurs, des ghazis portant leurs blessures sur leur corps telles des médailles d’indépendance. Que la miséricorde de notre Créateur Tout-Puissant soit sur nos martyrs. Qu’Allah les réunisse avec les martyrs de Badr, d’Ouhoud, de Handek, avec les martyrs de Manzikert (Malazgirt), des Dardanelles (Canakkale), et de Sakarya. Qu’Allah Tout-Puissant accorde récompense, bienfait et guérison à tous nos ghazis ! Que notre Seigneur Tout-Puissant ne nous sépare jamais de leur chemin !

 

[1] Al-Mâida, 5/11.

[2] Boukhârî, Salât, 88; Müslim, Birr et Sıla, 65.